Dimanche 15 juin 7 15 /06 /Juin 19:52
40% des plus de 75 ans sous le seuil de pauvreté en 2016
14 June 2008  |   Emploi et Social and Société  |   Email    |   Print

Plus de 40% des personnes âgées de 75 ans ou plus vivront sous le seuil de pauvreté en 2016, et ce groupe d’âge sera le plus rapidement et le plus durement touché par l’érosion du montant des pensions, indique jeudi De Standaard.

Image Hosted by ImageShack.usTrois académiciens - Bea Cantillon, Hendrik Larmuseau et Stijn Lefebur - tirent la sonnette d’alarme à propos des pensions belges dans la Revue belge de sécurité sociale.

Selon eux, les pensions connaissent une érosion lente, et ce, via un mécanisme simple: alors que le bien-être du reste de la population augmente en moyenne de 2,25% par an, les pensions ne croissent elles que de 0,5%. Ce qui revient, pour les personnes qui les touchent, à un recul du bien-être de 1,75% par an.

Actuellement, un quart des personnes de 65 ans ou plus vivent sous le seuil de pauvreté. Parmi celles de 75 ans ou plus, qui sont à la retraite depuis au moins dix ans, 41% vivront sous ce seuil en 2016, et 44% en 2021. Le patron de l’Office national des pensions, Gabriël Perle, confirme ce diagnostic dans un entretien au Standaard.

Source: GFR pour Belga

Par cums - Publié dans : ARTICLES
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 20 mai 2 20 /05 /Mai 18:37
17.895 dossiers ont été traités par les services de médiation de dettes Image Hosted by ImageShack.usCertains publics sont particulièrement exposés à l’enchaînement des risques de précarité.
“On y retrouve les femmes chefs de familles monoparentales, les statuts d’emplois précaires, les familles d’âge actif (30-49 ans), les gens soumis à la pression et au stress du travail et la difficile conciliation entre vie privée et professionnelle”, souligne le ministre de la santé, M. Donfut. Le nombre moyen de bénéficiaires du revenu d’intégration sociale par mois en Belgique est de 89.100. Il faut savoir, en 2007, que 17.895 dossiers wallons ont été traités par les services de médiation de dettes. À cela, il faut ajouter que 150.000 personnes fréquentent les 310antennes situées en Région wallonne.
On ne peut oublier que 27,8 % des demandeurs d’emploi de moins de 25 ans ont une durée de chômage supérieure à 2 ans, voire n’ont jamais travaillé. Dans certains quartiers, le taux de chômage et le taux d’inactivité cumulés peuvent atteindre 70 %. “La hausse du prix des produits pétroliers et de nombreux biens de consommation, notamment dans le domaine alimentaire, a remis la question de la lutte contre la pauvreté à l’avant-plan des préoccupations du gouvernement wallon.
On estime à 17 % le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté (60 % du revenu national médian équivalent) en Wallonie.” Le ministre ne cache pas que “135 mesures ont ainsi été identifiées, elles sont réparties en fonction des 6 droits fondamentaux (droit à mener une vie conforme à la dignité humaine; droit à la protection de la santé et à l’aide sociale et médicale; droit à un logement décent; droit au travail; droit à la protection d’un environnement sain; droit à l’épanouissement social et culturel). De ces 135 mesures, 39 ciblent plus particulièrement la grande pauvreté. Un suivi régulier de ces 39 mesures est prévu.”
Source: V. Li. pour La Dernière Heure 2008
Par cums - Publié dans : ARTICLES
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 12 février 2 12 /02 /Fév 08:08
Par cums
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 12 février 2 12 /02 /Fév 08:06
Image Hosted by ImageShack.us

Eric et John Mestdagh, administrateurs délégués des magasins Champion, demandent à leurs fournisseurs de justifier leurs augmentations de prix.

Trop cher! Généralement, ce sont les clients qui le disent. Éric et John Mestdagh se sont exclamés la même chose lorsqu’ils ont découvert les augmentations de prix que leur avaient réservé leurs fournisseurs. Des hausses de prix tellement fortes, surtout au rayon crémerie, qu’ils n’ont pas osé les répercuter dans les mêmes proportions sur leurs prix de vente.

“Nos fournisseurs de lait, explique John Mestdagh, ont tous augmenté le prix qu’ils nous facturent. En moyenne, c’est une augmentation de 15,5 %, 20 % même pour certains. Nous avons même un lait Joyvalle dont le prix a augmenté de 27 %. Mais nous n’aurions jamais osé répercuter ces prix sur le prix de vente demandé à nos clients. Ainsi, nous avons un lait Campina qui a augmenté, entre le 1er janvier et le 31 décembre, de 26,57 %, nous l’avons augmenté de 11,16 %. Et un beurre Cabay qui a augmenté de 30,96 %, nous avons monté notre prix de 25,22 %. ”

La comparaison entre prix d’achat et prix de vente a ainsi été établie sur 15 produits du rayon crèmerie. ” Et nous avons ainsi constaté, poursuit Eric Mestdagh, que, sur six mois, cela représentait pour nous une perte de marge de 145.000€. On ne peut pas continuer comme ça… ”

Au départ, les administrateurs de Champion n’ont pas remis en cause ces hausses de prix. Mais lorsqu’ils ont vu, le week-end dernier, un reportage dans lequel les agriculteurs affirmaient que la laiterie leur payait leur lait moins cher, là, ils ont vu rouge. ” Lundi, raconte Eric Mestdagh, nous avons envoyé des mails à nos fournisseurs en leur demandant de justifier leurs hausses de prix. Et nous avons ajouté le reportage en pièce jointe. Mais nous n’avons reçu aucune réponse… ”

Mais chez Champion, on pointe aussi d’autres anomalies, dans l’autre sens. ” Le prix de la pomme de terre, en un an, a diminué de 35 à 45 %. Et le prix de vente de nos pommes de terre a diminué de la même façon. Par contre, les frites surgelées de Lutosa et Mac Cain ont diminué, mais seulement depuis le 1er janvier, et rien que de 5 à 10 %. Et chez Iglo, leur prix n’a pas baissé du tout “.

Mais qu’y faire? Ne plus vendre ces produits, comme l’ont annoncé les magasins Leclerc en France? Comme chez Carrefour, on estime chez Champion que c’est au client de choisir. Mais on comprend aussi que le portefeuille du client n’est pas élastique et que, tôt ou tard, il va se tourner vers des produits moins chers.

Source: M.B.Valentin pour Blog Sud Press

Par cums - Publié dans : ARTICLES
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 12 février 2 12 /02 /Fév 08:04
 
 
Image Hosted by ImageShack.us

A 20.175€/ le kilo, la valeur de l’or brut a atteint des sommets historiques. Résultat: les clients sont nombreux à profiter de cette occasion exceptionnelle pour revendre, au poids, leurs bijoux de famille… jusqu’à leurs dents en or

Dans ce magasin de la rue du Midi, les clients se pressent dans la discrétion pour faire évaluer leurs bijoux ou monnaies anciennes. ” Ils ont raison de venir aujourd’hui, car le cours de l’or est très haut. Sa valeur a certainement doublé en trois ou quatre ans. Je me souviens qu’en 1995, je rachetais l’or à 180 FB le gramme, soit moins de 5€. Aujourd’hui, il est à 12€ le gramme”, confirme Marie-Josée Laforêt. Chez Gold Arts, on achète toutes les pièces d’investissements… Jusqu’aux dents en or!

” Nous les prenons aussi, mais en général, nous demandons aux clients de taper sur la dent avec un marteau pour faire ressortir la dent de la couronne. Parfois, je dois le faire moi-même, mais c’est assez rébarbatif. Pourtant, il ne se passe pas une semaine sans qu’on nous propose des dents! ”

Une dent vendue, c’est quelques grammes qui rapportent plusieurs dizaines d’euros (entre 30 et 70€, en général) à son ex-propriétaire.

Source: La Capitale

Par cums - Publié dans : ARTICLES
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Catégories

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus